Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dAdobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

De la politesse chinoise

Posted on by admin in 400 millions de consommateurs, Chine, Non classé | Leave a comment

 » La bouche et le coeur sont deux choses très différentes » expression chinoise

Lorsque les occidentaux sont en Chine, ils sont le plus souvent déroutés par la politesse chinoise, qui pour eux ressemble le plus souvent à l’exact contraire de ce qu’ils appellent les bonnes manières. Arthur Smith missionnaire américain le résume dans un chapitre consacré à la politesse chinoise en 1894: « On ne peut pas s’attendre à connaître la véritable raison de toute chose, et même lorsqu’une raison en a été trouvée, on ne peut s’y fier… Un professeur chinois rédigeait des commentaires sur quelques vieux aphorismes.Après avoir émis de belles réflexions sur la sagesse de ses pères, il ajouta une note dans laquelle il déclarait que l’on ne devait jamais opposer une fin de non recevoir brutale à une demande, mais plutôt y accéder pour la forme, tout en n’ayant pas l’intention d’y donner suite. « renvoyer le solliciteur à demain, puis à après demain: ainsi vous réconforterez son âme » »

Même si un siècle s’est écoulé depuis cet écrit, même si les moyens de communication sont plus modernes et rapides, ils n’en restent pas moins que la compréhension entre personnes de différente culture reste difficile.

En Chinois, ce qui signifie oui dans certaines circonstances peut vouloir dire non. Il suffit simplement de savoir interpréter, lire entre les lignes et comprendre un des traits essentiels de la culture chinoise, dire oui lorsque l’on pense non, ça n’a rien à voir avec de l’hypocrisie, ça ne se fait pas de brusquer quelqu’un en le soumettant à un refus public, car il perdrait la face, chose impensable pour un chinois. Le politesse pour les chinois, c’est prendre en compte la dignité de l’autre.



Shanghai, une définition urbaine chinoise pour le XXIème siècle

Posted on by admin in Shanghai Civilisation, Shanghai economie | Leave a comment

Quand en 1990, Deng Xiaoping, au pouvoir depuis 1981 autorise l’ouverture économique de Shanghai la ville s’engouffre dans la brèche avec empressement et enthousiasme. Jusqu’en 1988, l’immeuble le plus élevé, le park hôtel mesurait 84 mètres.  En 1993, la tour Oriental Pearl une antenne de télévision de 468 mètres  modifiait pour toujours la physionomie de Shanghai désormais engagé dans une course à la verticalité et à la modernité.

Dès 1998, Shanghai possède le plus haut bâtiment de Chine: la tour Jinmao (421 m)  et près d’un quart des plus haut gratte-ciel du monde. Aujourd’hui Shanghai compte plus de 4000 édifices de plus de 100 mètres, un nombre que n’atteint aucune mégalopole. A cela s’ajoute de véritables merveilles d’ingénierie comme le tout nouvel aéroport international de Pudong, la ligne de train Maglev à lévitation magnétique, le pont Nanpu, le pont Lupu, pont en  arc le plus long au monde ou encore l’imposant pont de la baie de Hangzou l‘ouvrage maritime le plus long du monde.

A Shanghai, des gratte-ciel à l’architecture audacieuse continuent à sortir de terre chaque mois. Les citadins y trouvent de gigantesques centres commerciaux climatisés, des boutiques de mode, des magasins d’électronique, des restaurants de gastronomie internationale et même de petites brasseries allemandes.

Toutefois si Shanghai propulse la Chine dans le XXIème, la ville et ses habitants de classe moyenne restent attachés à leur histoire et aux splendeurs anciennes de leur ville. Des campagnes de rénovation ont permis de restaurer avec grand soin, les bâtiments de l’époque coloniale mais aussi les temples bouddhiques, taoïstes et même confucéens. Nanshi, le quartier de la vielle ville a été reconstruit fidèlement dans les styles des dynasties Ming et Quing, tandis que les shikumen, de vieille maisons traditionnelles shanghaiennes sont désormais préservées ou reconstruites pour accueillir magasins de luxe ou encore des restaurants.

La ville la plus riche et la plus moderne de Chine n’en reste donc pas moins attachée à ses racines, bien décidée à inventer sa propre définition de la ville du XXIème siècle entre compétitivité, connectivité, attractivité et qualité de vie.

Car Shanghai comme toutes les villes en ce début du XXI ième siècle, doit  relever un des défis les plus saisissants, à savoir trouver le bon équilibre entre des fonctions qui semblent à priori contradictoires: être des lieux à la fois ouvert sur le monde et ferments de la modernité, tout en sachant valoriser et préserver leur patrimoine culturel et naturel, en même temps que des espaces d’échanges, de découverte et d’invention.


La culture consumériste de Shanghai

Posted on by admin in Shanghai Civilisation | Leave a comment

Une culture consumériste

«Finis les tresses et les habits bleus des années 1970. La chirurgie esthétique, l’industrie de la mode et les cosmétiques se sont emparées des femmes aisées» Jacqueline Nivard

Coca Cola, Mac Donald’s, Pizza Hut et autres KFC sont portés comme les icônes d’une société de consommation triomphante par une jeunesse chinoise à la

recherche de symboles de statut. Les shanghaïens aiment consommer, surtout les jeunes et ceux qui parviennent à gravir les échelons sociaux. Les produits étrangers en particulier occidentaux sont très convoités et partout dans la ville, de gigantesques centres commerciaux climatisés et des marchés couverts comblent cette frénésie de consommation.

L’amateur de mode y trouve des vêtements Armani et Yves Saint Laurent, des chaussures Calvin Klein, et Givenchy, des lunettes de soleil Gucci, des parfums Christian Dior et Estée Lauder, des sacs Burberry…

Les shanghaïens modernes se laissent deviner à travers ces indices. Ils préfèrent comparer leur ville sophistiquée, lieu de culture à Paris, Londres, Tokyo, ou New York plutôt qu’à des cités chinoises.

Bon nombre d’entre eux se considèrent comme des pionniers de la société chinoise, les chinois les plus tournés vers l’international.

Shanghai c’est 19 millions d’habitants dont la majorité, portée par un désir d’aller de l’avant, a l’ambition vissée au corps bien décidés à s’amuser «baxiang, baxiang» et à  consommer.

Un sapin de Noël géant réalisé avec plus de 1000 bouteilles de bière peut être admiré à Shanghai. Ce sapin de Noël économique et écologique a été conçu avec des bouteilles de bière en verre de la marque Heineken. Il peut être observé devant un centre commercial de la célèbre Nanjing Road à Shanghai.


Valeurs & coutumes à Shanghai

Posted on by admin in Shanghai Civilisation | Leave a comment

Valeurs confucéennesDe l’importance du «Guanxi»

Malgrè son désir forcené de modernité, Shanghai reste attachée à plusieurs traditions chinoises. Certaines d’entre elles sont très profondément enracinées qu’elles en paraissent presque «génétiques». Le Guanxi, un concept chinois qui signifie relations, réseaux de contacts, est la clef de tout. Tout problème se résout en général si l’on connaît une «autorité»; Le guanxi est donc particulièrement important dans les affaires.

De l’intérêt du «Mianzi»

Il est essentiel de comprendre la psychologie chinoise dans les affaires. En toutes circonstances, même lors d’un affrontement, les Chinois s’efforcent généralement de préserver le mianzi de chacun, c’est à dire sa dignité et son amour propre. Perdre la face en public est une grave insulte et une plaisanterie ou commentaire banal peuvent être très mal pris. Ainsi, par exemple un Chinois perd la face s’il est contraint d’admettre sa défaite ou s’il est l’objet de critiques sévères même si elles sont bien intentionnées ou fondées ou d’attaques personnelles. C’est pourquoi les chinois préfèrent le compromis. Le Chinois a tendance à esquiver une requête impossible à satisfaire, ou à répondre qu’il serait «inopportun» de la satisfaire. il pourrait aussi d’accepter d’y répondre, en souriant en permanence, sans toutefois y donner suite. Dans les deux cas il sauve la face, la sienne comme celle du demandeur.

Ainsi par exemple, les entreprises chinoises sont sensibles aux arguments financiers, mais si on ne les convainc pas qu’elles garderont leur influence sur leur entreprise, qu’on tiendra compte de leur avis, que leurs équipes seront respectées, ect, elles préféreront souvent renoncer à une joint% venture pourtant financièrement favorable.

La Chine, réticente à la confrontation, est devenue le terrain de prédilection de la négociations, dont le succès absolu est le fameux win-win où il n’y a pas de perdant.

Valeurs confucéennes


Les valeurs confucéennes traditionnelles sont restées profondément ancrées dans le peuple de Shanghai. Le respect pour les anciens et pour les érudits a survécu aux mouvements de propagande haineux comme celui de la Révolution culturelle et les shanghaiens ont conservé un très fort esprit de famille.

En plus de la famille, la communauté, et l’ardeur au travail forment quelques une des plus importantes valeurs asiatiques.

«Confucius part d’un principe fort simple: notre «humanité» n’est pas une donné, elle se construit et se tisse dans les échanges entre les êtres et la recherche d’une harmonie commune» Anne Cheng, histoire de la pensée chinois


Proverbe Chinois: Quand la source est pure, nombreux sont ceux qui viennent s’y abreuver spontanément.

Posted on by admin in Non classé | Leave a comment

Vade-mecum des bonnes manières en Chine suite

Posted on by admin in La pratique de la Chine | Leave a comment

Quelques principes psychologiques de base dans les relations d’affaires entre l’Occident et le monde Chinois…

* En Occident, il faut prendre et donner tel qu’il est écrit dans le contrat. Dans le monde chinois, il faut accepter les compromis constamment.
* En Occident, il n’y a pas de réels compromis possibles après la signature du contrat. Dans le monde chinois, il faut accepter les compromis constamment.
* En Occident, une relation est marquée par un commencement et une fin. Dans le monde chinois, une relation est sensée durer toujours.
* En Occident une rupture est souvent la conséquence logique du non-respect de certaines obligations. Dans le monde chinois, une rupture est un évènement très grave, lié à des problèmes de perte de face.
* En Occident, le bénéfice d’une relation peut être unilatéral, selon que le contrat a été bien rédigé et négocié ou non. Dans le monde chinois, les problèmes sont résolus par la sympathie et le pardon. C’est la règle de la morale qui s’applique.


Vade-mecum des bonnes manières en Chine

Posted on by admin in La pratique de la Chine | Commentaires fermés

La culture chinoise est fondamentalement différente de la culture occidentale…

* En Occident, la société ne détient pas la vérité: tout ce qui existe est une méthode de vérité. Dans le monde Chinois, la société connaît la vérité, exprimée sous la forme de règles de comportement et de finalité.

* En Occident, la finalité des individus dans la société est de découvrir la vérité (influence de Platon, Aristote, Socrate). dans le monde chinois, la finalité de la société est de suivre les règles connues édictées par le confucianisme: respect des realations sociales, piété filiale…

* La culture occidentales est mue par la recherche de la connaissance et la volonté de changement. La culture chinoise est mue par l’obéissance et le refus du changement.

* En Occident, le langage doit être précis pour apprendre à communiquer le idées clairement et si possible de façon percutante au risque de déplaire à l’interlocuteur. En Chine, le langage n’est pas précis, car apprendre n’en est pas le jeu principal. Communiquer indirectement est la meilleure façon de préserver l’harmonie.

* En Occident, les héros combattent les idées reçues pour découvrir et révéler la nouveauté. Dans le monde chinois, les héros suivent les règles et sont même près à se sacrifier.

* En Occident, les individus comptent plus que les relations. Dans le monde chinois les relations comptent plus que les individus.

* En Occident suivre la loi est plus important que de préserver une relation personnelle. Dans le monde chinois, préserver une relation personnelle est plus important que de suivre la loi.

* En Occident l’autorité peut être remise en cause. Dans le monde chinois l’autorité ne doit pas être remise en cause.


Communication chinoise

Posted on by admin in La pratique de la Chine | Leave a comment

Quelques règles de communication…

En Occident, être aussi informatif que possible. Dans le monde Chinois, être aussi poli que possible.

En Occident, être pertinent dans la conversation, ne pas hésitez à donner son avis. Dans le monde chinois, converser avec calme sans afficher ouvertement son accord.

En Occident, culture cartésienne: être clair, concis, ordonné, logique. Importance de la parole donnée. Dans le monde chinois, culture analogique: communiquer de façon indirecte par association d’idées. Importance du non-dit.

En Occident, la clarté est une chose primordiale au risque  de ne pas plaire. Dans le monde chinois, il est primordial de maintenir une bonne relation à travers la communication.


Un deuxième anniversaire trés réussi pour l’UFE Shanghai

Posted on by admin in DPark | Leave a comment


L’idéal de la pensée chinoise

Posted on by admin in Ecrits de Chine | Leave a comment

«L’idéal de la pensée chinoise tient dans cette formule: le souffle du vide médian est un trois qui nait du deux et, drainant le meilleur des deux, il produit leur rencontre et leur dépassement» François Cheng